Crédit photo: Max-Antoine Guérin

Par Marie-Elaine Riou, directrice générale du Festival REGARD.

C’est à l’aube discrète de la ville de Kyiv, après une semaine très intense au KISFF, que j’embarque dans mon vol Ukraine Airlines en direction de Busan, Corée du Sud. Je pars rejoindre mes compatriotes canadiens du Focus Canada que l’équipe coréenne du Busan International Short Film Festival s’est démenée à préparer pour leur 34e édition.

Quelques heures plus tard, hop! on emmène les membres du jury à la cérémonie d’ouverture du Festival. Trois femmes exceptionnelles, Gina Dellabarca, Julie Rousson et Kho Heeyoung, mes collègues pour le jury de la compétition coréenne. Après les discours officiels, on nous donne un avant-goût de la programmation en présentant trois courts métrages dont le film australien CURVE, écrit et réalisé par Tim Egan. Cette première soirée se termine avec une performance électrisante du chanteur Samian, accompagné de Dj Horg et d’Esmeralda. Le public coréen et tous les invités du festival se laissent emporter par la prose engagée de l’artiste algonquin.

Au fil des jours, la programmation s’intensifie, les liens se rapprochent. Les invités, les réalisateurs et l’équipe du Festival forment une grande famille. Les dizaines d’invités de l’étranger se joignent au public coréen, toujours nombreux à remplir les salles de l’impressionnant Busan Cinema Center pour visionner les films nationaux. On parle français et anglais dans les couloirs du centre juste avant le Focus Canada devant une foule prête à découvrir les films des réalisateurs de chez nous. C’était d’ailleurs un plaisir de revoir sur grand écran des films comme MOBILIZE de Caroline Monnet et VIADUC de Patrice Laliberté, lauréat du prix meilleur réalisation québécoise à REGARD 2016.

La fin de cette journée approche. Quoi de mieux de profiter de ma nouvelle famille autour d'un verre de somaek selon la tradition coréenne!

Les festivaliers étaient tout aussi enthousiastes d’assister au BISFF Talks auquel j’étais invitée à échanger avec la directrice de Show me Shorts en Nouvelle-Zélande, Gina Dellebarca. Je discute avec elle à propos des différences et des similarités qui nous semblent exister entre le cinéma canadien et néo-zélandais. Notamment, l’importance accordée aux paysages et à l’espace, et le recours fréquent aux jeunes non-acteurs. Aussi, l'existence d’un cinéma des premières nations en pleine floraison. Discussion fort intéressante avec celle qui a fondé Show me Shorts et que nous avions déjà accueilli au Saguenay en 2015 pour la présentation d’une carte blanche. Après cette rencontre suivie de la délibération, nous profitons de notre temps libre pour aller découvrir les rues de Busan. Longer la plage urbaine proche de l’hôtel, arpenter la voie ferrée qui se prolonge à perte de vue et contempler le Temple Haedong Yonggungsa.

Et puis finalement, nous voilà à la répétition de la remise de prix… puis à la remise de prix! Protocolaire, comme seuls les Coréens savent le faire, mais très riche en émotions. Mon séjour se termine dans l’un des plus beaux endroits de la ville : terrasse sur le toit du Viajante Navi Hôtel avec vue sur la mer. Je profite de mon dernier somaek en excellente compagnie et me mets déjà à rêver du prochain séjour en Corée!

 

Vous désirez être les premiers informés sur ce qui se passe à regard

Inscrivez-vous à notre infolettre

X